septembre 2020

Motobécane G50 VLC

Une toute jaune !!!

La maladie avance, la collection aussi du coup…
Une mobylette jaune pétant… j’en rêvais !

Puis un jour je tombe sur une annonce, à 15 Km de chez moi, je fonce !

Je tombe sur un jeune homme qui me dit: j’ai récupéré ça, mais je sais pas ce qu’il y a, elle marche pas.
Bon, je me dis, j’ai la même à la maison en bleu, on devrait pouvoir s’en arranger.

On fait notre petite affaire, et hop dans le coffre !

Arrivé à la maison, quelques photos:

Il y a du boulot, mais rien d’insurmontable, et la base parait saine.
Le réservoir est rouillé, et sale.

Bon même si il avait pu la démarrer, il n’aurait pas été bien loin…

Opération démontage, pour faire l’inventaire:

Vu l’état du réservoir, je ne vois comment la belle aurait pu démarrer…

Là, je vais en baver pour le rattraper, mais j’en ai vu d’autres !

Allez, ça c’est fait!

Un peu de nettoyage et retouches de peinture:

Petite séance d’électrozingage.
2h30 en tout (décrassage, décapage, zingage en 3 passes):

Récupération et remise en état d’un Neiman d’une autre fourche:

Un peu de remontage…

Un peu plus…

Ce dimanche il faisait beau, mais froid, on en profite pour bicarbonater des pièces en vue du remontage:

Petite suite:

J’ai trouvé un guidon plus présentable. Pas parfait, mais mieux:

Prochaine étape: le moteur

Allez, c’est parti !
le vilebrequin a fait un petit séjour au congélateur, armé de ses nouveaux roulements.
Les nouveaux spis sont installés
Remontage du bloc moteur

J’ai joué au débutant…
J’ai voulu desserrer un des goujons de la pipe pour mettre le passe fil, que je n’ai pas besoin au final.
Résultat, le joint nylon n’aime pas ça, et j’ai cassé la pipe.
Et pour être sûr, j’ai recommencé avec une seconde, avec le même constat:

Donc, finalement, j’ai changé la pipe ET le joint, et curieusement, ça n’a pas cassé…

On continue, nettoyage du pot, à peu près à l’image du réservoir…

On continue le remontage:

Fabrication du porte parachute plaque minéralogique: