Lien

Motobécane 51 SUper Red

C’était la mob de mon copain Bruno, Nono, avec qui on accompagnait la Banane, le Nunu et les Poy au bal, et autres 400 coups…
Moi j’avais ma 68 qui avait déjà une bonne vingtaine d’années, fièrement repeinte en bleu France à la bombe sur le trottoir, la Banane avait sa Flandria amphibie (!), le Nunu sa 102 et Nono avait sa 51 toute neuve, que ses parents lui avaient payé en se saignant à blanc.
Une 51 Red Rouge transparent, avec un biplace et un rétro chromé… Elle était magnifique, il la bichonnait et la surveillait du coin de l’œil quand il venait avec au collège…
Elle marchait du feu de dieu avec son Av10, et avant que j’ai ma mob, il me tractait en vélo…
On en a fait des Km ensemble Nono et moi, lui avec sa rouge, moi avec ma bleue…
Puis est venu le temps des 4 roues, j’ai remisé ma bleue, la Red aussi, mais elle a été volée quelques semaines après, avec le casque Nolan assorti…
Elle n’a jamais été retrouvée.
Depuis que l’infection de la Tobecmania me tourmente, l’idée de retrouver cette Red, ou sa sœurette, me prenait la tête, c’était devenu une obsession…
Après avoir loupé plusieurs annonces, refusé certaines offres totalement déraisonnables, j’ai enfin trouvé ma Red, plusieurs années après le début de mes recherches.
Elle n’était pas très loin, à une centaine de Km, et à un prix presque normal.
Difficile de faire mieux pour moins cher…
Alors oui, elle a vécu, peut être plusieurs vies, mais le cadre est sain, le réservoir à peu près exempt de rouille, et c’est une Vraie RED Rouge transparent 1 ère version.
Car l’idée germait et faisait son nid, ne trouvant pas, de récupérer une 51 lambda, même MBK, et d’en faire une copie de Red. Ce ne sera pas nécessaire.

Voici quelques photos:

Ce qu’on peut remarquer d’un premier coup d’œil:

  • La peinture a vécu, sera peut-être à refaire, mais pas sur
  • Il manque un carter, et le cache variateur chromé
  • Il manque le compteur, le câble et le capteur.
  • La selle n’est pas la bonne
  • Le garde boue arrière a été coupé et le support de feu caoutchouc est absent
  • Le porte bagage est fêlé
  • Le pédalier et les pédales sont manquantes
  • La béquille d’origine est absente
  • Le verre de phare est à remplacer
  • Le moteur est complet et fonctionnel, à réviser
  • La boite à outils est présente, ainsi que son écrou plastique M, mais crème (devrait être noir ?)
  • Les cocottes sont d’origine et en bon état, manquent juste les autocollants M
  • La jauge du bouchon de réservoir est cassée
  • Le réservoir n’est que légèrement oxydé et n’est pas sale
  • Les roues sont en bon état, apparemment pas voilées
  • Le cache allumage est absent
  • La fourche et les suspensions sont en bon état.

Voilà ce qu’on peut en dire pour le moment.
Le projet n’est pas pour tout de suite, il va falloir tranquillement rassembler les pièces, et le budget qui va avec…

J’ai trouvé (ou on m’a trouvé 😉 ):
– Le compteur
– Le support caoutchouc du feu
– Les pédales
– Le pédalier (si c’est le même que les 50)
– L’optique de phare, reste à trouver l’interrupteur, en noir ça devrait se trouver.

Motobécane AV92

L’AV92 à son arrivée…

Hello,
Voilà, je muris ce projet depuis quelques années déjà, il attendait sagement son tour.
J’avais repéré une épave de mob dans le 62, et la solidarité entre les membres de forums s’est organisée pour me la récupérer, et j’ai pu quelques semaines plus tard la rapatrier dans ma belle Aube…
Les échanges ici
Oui vous avez bien vu, cela date de 2016…
Voici l’annonce de l’époque, j’ose à peine imaginer à quel prix je l’aurais espérée aujourd’hui…

Quelques semaines après (encore merci à Mathusalem), la belle (enfin presque) est dans ma C5, puis dans mon atelier. Elle est datée de fin octobre 1970.

l se trouve que dans un lot, j’avais récupéré la même machine, mais dont le réservoir était complètement pourri, et dont le cadre est parti à la ferraille.
Je pensais donc de deux, en faire une.
La seconde était de même époque, mais avait la fourche renforcée, et le phare luxor 140, sans optique.
Des deux, je n’avais pas non plus les caches latéraux.
Au fur et à mesure, j’ai pu glaner ça et là les pièces manquantes.
J’ai aujourd’hui la machine complète, deux moteurs dont un incomplet, deux boites relais (il y en avait aussi d’autres dans le lot de la seconde).
Elle est de couleur orange Tango, le premier orange foncé.
La robe n’est pas nickel, il y a des pocs un peu partout, mais est acceptable, et restera dans son jus. Juste quelques retouches.
Juste je ne sais pas encore quelle fourche je vais lui mettre… la fourche simple, la fourche renforcée ? le dilemme est grand ! D’autant que j’ai toutes les pièces pour les deux, y compris les roues, rondes pour la simples, à chapeau de gendarme pour la renforcée…
Il faudra juste changer le pont et les tringles de garde boue chromées de la simple, mais rouillées…
Ah non, pas toutes, il me manque la selle…
Bref, ça mérite encore réflexion
Le réservoir n’est pas rouillé, juste quelques traces de gras ça et là.
Avec quoi vous le nettoieriez vous ? sachant qu’il ne faut pas agresser le vernis…

Allez, quelques photos:
Le cadre:

La boite relais a bien mangé, le pignon est rogné, et de l’huile suite de partout…

Vue d’ensemble, et détail des pièces:

Déjà, un bon nettoyage s’impose…
Pour les démarches administratives, j’ai la carte grise depuis quelque temps déjà, du temps où c’était totalement gratuit…
Suite au prochain épisode, je ne suis pas pressé sur ce projet, encore pas mal de travaux dans la maison…

Surprise dans l’atelier ce soir, un frelon au mois de février…
Faut dire que cela fait trois jours qu’il fait entre 18 et 20°c, ça doit réveiller la nature… Mais bon, pas dans mon atelier !!

Le cadre est mis à nu, nettoyage du réservoir au kerdane, le mieux qu’on puisse dire est que ce réservoir est particulièrement sain, et ne mérite pas de traitement, ça change…

La fourche d’origine parait saine, il faudra voir au démontage.
Le phare est à reprendre, ça va, il me reste un peu de Hammerite blanc brillant en bombe, c’est la couleur qui lui faut…

Le souci est le pont de garde boue chromé, qui est complètement rouillé et pas rattrapable.
Je pensais à tort que tous les ponts chromés étaient identiques, et ben non, là on est en 18″ et le pont est plus grand de plus de 3CM…
Je ne sais pas s’il sera simple d’en retrouver un…

Aujourd’hui, démontage de la fourche pour inspection et inventaire.
Après nettoyage, tout est parfaitement en état.

Bilan, les plongeurs seront à rezinguer, et les coupelles de tête de fourche, spécifiques (plates), aussi.

J’ai trouvé dans mon bazar atelier des tringles en état et de bonne longueur, juste le galbe qui est différent, presque carré sur la 92, rond sur les nouveaux.

On trouve des ponts de fourche chromés en reproduction, 32.5 Cm contre 33.5 pour la 92. Je ne pense pas qu’un centimètre en moins soit gênant, mais je crains que le galbe soit lui aussi arrondi, et donc serait plus chiant difficile à reformer…

Hier soir, démontage de la fourche dite renforcée, pour voir son état.
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne manque pas de graisse !…

Pas moyen de démonter l’écrou de bas de fourche, et il manquait le second.
Vu la quantité de graisse retrouvée, il n »y a aucune raison que les bagues soient abimées. Elles resteront donc en place.

Après un bon nettoyage, le bilan est plutôt positif. Un cache a une petite bosse, les fourreaux sont à rezinguer, mais elle est franchement en meilleur état de peinture que l’autre fourche.

Un petit coup de polish sur les fourches:

Avantages de la fourche simple:
– Complète, à un élément pret (le pont chromé de garde boue)
– Plus de conformité avec la version de la machine
– Peinture plus abimée, mais en adéquation avec le cadre

Inconvénients de la fourche simple:
– Retrouver un pont de garde boue chromer, ou faire rechromer celui-ci
– Repeindre le phare blanc
– Reformer les tringles de garde boue
– Rayonnage des deux roues pour mettre les cerclages ronds.

Avantages de la fourche renforcée:
– Peinture en bon état
– Toutes les pièces sont présentes et prêtes à monter
– Pas de rayonnage à prévoir
– Pas de peinture à prévoir

Inconvénients de la fourche renforcée:
– Peinture un peu plus « fraiche », moins de pocs que le cadre
– Montage moins rare, donc moins value à prévoir en cas de revente, (plus subjectif qu’autre chose)
– Sentiment de trahir la version d’origine de la machine
C’est tout ?

Voilà, j’en suis là, pas de décision prise…
Je me laisse un peu de temps, je vais attaquer les autres pièces

Petit nettoyage du cadre et de quelques pièces

Je cherchais une selle pour cette 92 et la 51, et je repère celle ci sur le bon coin:

Je demande si elle est abimée, et de photos supplémentaires. Non, pas un accroc, juste qu’il faut trouver un moyen de l’agrafer, car le skai est décroché:

Je devine une housse sur une selle existante, je me dis que la selle en dessous ne doit pas être en bon état, pour avoir reçu une housse.
On tombe d’accord sur le prix, je profite d’une promo de frais de port à moins d’un euro, et le colis arrive quelques jours après:

En retournant la selle, je vois bien les crochets de la housse, ils ne sont pas tous mis, et le skaï de la selle est effectivement décroché

Je défais les agrafes, et:

Je me retrouve avec une selle comme neuve (bon, il faut racrocher le skaï, mais même le jonc de maintien est présent), et une housse en parfait état… Content le Yves

Un bon nettoyage et quelques retouches plus tard, on commence à remonter la partie cycle:

Bon, vous avez vu, je me suis résolu à mettre la fourche d’origine…

Il y aura un peu de zingage à faire:

Donc, zingage, le pont n’a pas un beau rendu, mais ça patientera le temps d’en trouver un nouveau aux bonnes dimensions (33,7CM)
Pour le reste, c’est nickel (zingué, pardon !)

Je me suis aussi attaqué aux tringles, qui étaient bonne pour la ferraille:

Une fois montées:

Présentation d’une roue:

Y’a un peu de place, ça ira même pour un pont (un peu) plus court

Bicarbonatage, et frotte frotte des moyeux

Je nettoie, frotte, polis les rayons, ils sont tous rattrapables, mais c’est long… !

Aujourd’hui, un temps de chien, les gayots d’avril battent plein. -4°C cette nuit, encore -2°C de prévu la nuit prochaine, pas sur qu’on voit des fruits sur les arbres en pleine floraison…

Je bricole ça et là, et je remonte les moyeux, en attendant de rayonner.
Roulement, entretoise, roulement, couvercle, axe, écrou, flasque, et écrous, tout va bien.
Je présente le bébé à maman, et cela va impeccable, plus qu’à rayonner !

Pareil pour le moyeu avant, je remonte tout, et le présente à la fourche, impeccable ! Content !

Puis je me dis, bon, je vais remonter le capteur de compteur, ce sera ça de fait !
je prépare les pièces, rondelle, écrou, puis je regarde le moyeu encore sur la fourche, et je me dis: Mais bon sang (c’est la version tous public), ça va jamais passer, y’a pas la place !!!

Effectivement, y’aura pas la place… Je regarde sur les autres moyeux de 92/93/94 que j’ai, pareil.
Je regarde sur ma 92 corail, pareil, et en plus le capteur y est présent…
Puis je me rappelle avoir vu deux moyeux dans la doc… et je me disais, bon c’est comme pour les autres mobs, ils ont plusieurs fournisseurs, Prior, Idéal,… Donc ils détaillent chacun d’entre eux.
Et bien que nenni !!
Le premier est un prior, le second aussi…?
En regardant mieux, le premier est un 80, le second un 100…
Mais pourquoi ?
Et là le tilt dans ma tête ! Quelle truffe (toujours version tous public, faut pas déconner…)
Noooon? Il y aurait deux largeur de fourche ? Et c’est là que le terme Fourche large ou renforcée prend tout son sens, effectivement, la fourche en place est bien une étroite !!
Donc moyeu étroit, pas large.
Je fouille dans mon stock, et je dégote un moyeu de 80 classique de 68, je compare avec la doc, zut, c’est un collerette étroite et non large…
Je fouille un peu plus, et je tombe sur un 100 de 88. Puis sur un 80 à collerette large. Cool !
Après comparaison, le diamètre des deux moyeux est identique.
Ils sont équipés de capteur, donc on va essayer: Impeccable !

Donc, soit je mets le 80 qui a été bicarbonaté, et qui n’a plus qu’à être retapé niveau roulement, et être poli, et je garde le look d’origine, soit le moyeu de 100 qui assurera le même freinage, mais sur lequel je devrais changer les garnitures (je ne sais pas si j’en ai), et qui devra être bicarbonaté en plus de la réfection et le look diffère un peu…
A votre avis ?

Electro-zingage simplifié

le 18/05/2020

NB : je n’ai rien inventé, reproduit une méthode trouvée sur internet : https://www.la4ldesylvie.fr/electrozingage-de-pieces-en-acier

J’en ai testé différentes, toutes ressemblantes sur internet, c’est celle-ci que j’ai adoptée, car c’est la seule que j’ai bien maitrisée.

Ce qu’il vous faut :

  • 1 récipient en verre épais de 1,5L, type bocal à conserve, il faut qu’il résiste à la chaleur.
  • 1 litre d’acide chlorhydrique, trouvable partout.
  • Des feuilles en vrai zinc (pas celles que l’on trouve aujourd’hui, qui sont des tôles d’acier galvanisées) Descente de gouttière, gouttière, arrêtier,…
  • Un bac plastique 20 ou 30L.
  • Un tube de cuivre un peu plus grand que le bac.
  • Une alimentation de PC
  • Du fil électrique 1mm² ou plus
  • 3 ampoules 12V type veilleuse voiture
  • 2 colliers du diamètre du tube cuivre
  • Du grand air, ne pas préparer en intérieur.
  • Des gants type Mapa et lunettes de protection

Se mettre en extérieur. L’acide chlorhydrique produit des émanations gazeuses corrosives et toxiques.

La première étape est de préparer le diélectrique, composé liquide qui va conduire les atomes de zinc vers la surface à traiter.
Celui-ci est du chlorure de zinc.

Commencer par découper des morceaux de zinc, de 3 à 4 Cm de côté.

Mettre l’acide chlorhydrique dans le bocal.

Y placer doucement pour éviter les projections les carrés de zinc, ce qui va provoquer une ébullition et de fortes vapeurs. Attention, forte chaleur et projections, prudence !

Petit à petit, au fur et à mesure que l’acide ronge le zinc, en rajouter quelques carrés de temps en temps, jusqu’à ce que l’acide soit saturé, c’est-à-dire qu’il ne consomme plus de zinc du tout.
Dans mon cas cela a pris une bonne heure, et j’ai laissé ensuite reposer la potion toute une nuit.

Un litre de produit conviendra pour un bac de 20L. Si vous avez un plus grand bac, adaptez la dose pour respecter le mélange à 5% (ou un peu plus).

Pour mon cas, j’ai un bac de 20L, avec un couvercle (important pour éviter que les animaux ne s’y abreuvent, et chez nous il y a un peu de chats…)

Sur ce bac, j’ai fixé le tube de cuivre avec les colliers, avec une petite cale en bois, de part en part des poignées. J’ai relié un fil sur un des colliers.

J’ai pris des morceaux de vieille gouttière coupés à la dimension de la grande dimension intérieure du bac, je les ai aplatis, et eux aussi reliés à un fil, et ces deux fils reliés ensemble.

J’ai emballé les plaques dans des chiffons pour éviter tout court-circuit, puis je les ai placés dans le bac, un de chaque grand côté.

J’ai pris une alime récupérée sur un vieux PC, puis ai récupéré une sortie 12V sur une prise quatre broches. Les fils pour le 12V sont jaunes pour le +, et le noir pour le -.

J’ai relié les trois ampoules entre elles, en parallèle, et une des bornes au +. J’ai laissé la possibilité de débrancher facilement la troisième ampoule. L’autre borne est reliée au fil qui rejoint les deux plaques.

Le – (fil noir de l’alime), est rallongé et rejoint le fil qui est fixé sur le tube de cuivre.

On verse suffisamment d’eau déminéralisée pour recouvrir les électrodes de zinc.

Puis on met la solution de chlorure de zinc préparée.

C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\7yvesb10-2-20150615-212001.jpg
C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\7yvesb10-3-20150615-212001.jpg

La solution est prête.

Voilà le principe :

Le courant traverse les ampoules, et rejoint les plaques de zinc, et provoque l’électrolyse sur la pièce connectée au -.

Rapidement, le zinc recouvre la pièce.

Pourquoi les ampoules ?

-1> pour garantir l’installation des courts circuits, et tromper l’alime si elle est prévue pour se déconnecter si aucune charge n’est détectée.

-2> pour renforcer l’intensité dans le circuit. Plus l’intensité est grande, et plus rapidement les atomes de zinc seront arrachés à la plaque pour se plaquer sur la pièce. Les ampoules sont donc la pour consommer de l’énergie et augmenter l’intensité générale.

Pourquoi une troisième ampoule « facultative » ?

C’est pour faire de plus grosses pièces, pour quelques vis les deux ampoules suffisent amplement, mais pour des manivelles de pédales, un support de cache variateur, ou encore un cornet de pot, il faut encore plus d’intensité, c’est là que la troisième ampoule intervient. C’est en sorte un « booster ».

Pourquoi une alime de PC ? parce que c’est ce que j’avais sous la main.

J’en ai testé plusieurs, toutes ne donnent pas la même puissance. On peut prendre aussi une alime de labo, un chargeur de batteries, peu importe, du moment qu’il délivre du 12V continu.

Combien de temps de bain ?
J’ai lu ça et là qu’il fallait 30 minutes, voire plusieurs heures pour donner satisfaction.

Avec cette méthode, en quelques minutes, la pièce est zinguée.

Quelle est la procédure ?

La voici :

La clé de la réussite est la préparation de la pièce. Elle doit être impeccable.

  • La dégraisser : pétrole désaromatisé, kerdane, les graisses disparaissent rapidement.
  • Nettoyer
  • Brosser la pièce à la brosse métallique (sur perceuse à colonne ou touret, par exemple)
  • Lui mettre un fil dénudé, avec une forme pour le pendre au tube de cuivre
  • La passer dans un bain d’acide chlorhydrique jusqu’à disparition totale de toute trace.
    Attention aux petites vis, l’acide attaque le pas de vis)
  • Le pendre sur le tube de cuivre, s’assurer que la pièce baigne totalement, et qu’elle soit bien entre les deux plaques de zinc.
  • Allumez le courant.
  • Rapidement une couche de zinc recouvre la pièce. Attendre que des cristaux de zinc noirs se forment sur le fil de maintien.
  • Eteindre l’alimentation (rares sont les alimes PC qui aiment de ne pas avoir de charge, et se mettent en défaut pendant quelques minutes. Pour éviter d’attendre, éteignez votre alimentation)
  • Sortir la pièce, laisser le fil de maintien, et la frotter avec un chiffon doux.
  • La remettre en place dans le bac.
  • Répéter l’opération deux fois (trois bains).
  • Eteindre l’alime, sortir la pièce, défaire le fil , frotter avec le chiffon, et laisser sécher totalement. Par temps humide, placer les pièces sur un radiateur, dans un four chaud, ou sécher au sèche cheveux. C’est important. Nous avons remarqué que quand le temps était humide, les pièces avaient tendance à rouiller. Aussi, nous ne les faisons que par beau temps.
  • Une fois bien sec, frotter doucement au 000 jusqu’à brillance. Bien souffler ensuite pour retirer toute trace de paille de fer.
  • C’est fini !

Après quelques années de pratique et de mobs traitées ainsi, nous avons pu maitriser le sujet, et obtenu des résultats probants.

Les pièces traitées il y a quelques années n’ont pas bougé.

La solution que j’utilise est la même depuis des années, j’ai juste changé les plaques de zinc une fois. L’eau s’évapore, mais pas la solution, il suffit de rallonger d’eau déminéralisée, ou même d’eau du robinet, la solution aura tôt fait de bouffer le calcaire s’il s’en trouve…
J’ai remarqué récemment que des cristaux se sont formés au fond du bac (soude?) mais n’altère en rien le processus.

C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\7yvesb10-1-20150615-212239.jpg
C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\IMG_3047.jpg
C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\IMG_3124.jpg
C:\Users\Poste1\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\IMG_2456.jpg
Image
Image
http://mob.3da3.com/wp-content/uploads/2015/12/7yvesb10-2-20150615-2126241.jpg
http://mob.3da3.com/wp-content/uploads/2015/12/IMG_2457.jpg

Bicarbonatage, où le nettoyage de l’alu et des chromes en douceur

Nettoyer l’aluminium n’est pas toujours aisé.
Parfois il est tellement encrassé, qu’on hésite à entreprendre sa remise en état.
Il est pourtant simple et rapide de lui rendre un aspect propre.
Pas neuf, il ne s’agit pas de lui redonner son allure d’usine, mais de le nettoyer en lui laissant une patine d’usage, et surtout sans le blesser ou le marquer. En effet, les méthodes de grenaillage traditionnelles ne sont pas adaptées au tendre aluminium, les microbilles ou le sable l’attaquent trop fort, le marquent en laissant un aspect granuleux et disgracieux.

La première étape est de démonter complètement la pièce, retirer tout boulon, toute pièce fixée, et tout roulement.
La nettoyer avec du pétrole désaromatisé, ou mieux, du kerdane (pétrole pour les poêles sans cheminée). Les avantages de ce dégraissant et qu’il n’est pas explosif, pas nocif et nettoie bien mieux que l’essence.

Une fois débarrassées de leur crasse, les pièces seront séchées, et seront ainsi prêtes à l’étape de nettoyage.

Ce qu’il vous faut:
– Un bon compresseur, j’ai un 50L 2.5CV, c’est un peu juste, mais cela suit à peu près
– Un pistolet à sabler. Inutile d’investir dans des matériels hors de prix. Si vous en avez déjà un, il ira très bien, et ce n’est pas le bicarbonate qui va vous l’user… Sinon, prendre un modèle de base à une vingtaine d’euros sur la Bay ou sur Mamazon… ou mieux, chez le quincailler du coin.
– Du bicarbonate de soude. N’achetez pas en supermarché, le kilo est hors de prix. Je me fournis chez un ami agriculteur, le bicarbonate est utilisé comme complément alimentaire pour les bovins. Le précieux arrive en sacs de 25 Kg, pour moins de 20 euros du sac… Prenez garde de le stocker bien au sec, surtout une fois le sac ouvert. Je le stocke dans un seau à couvercle étanche.
– Un bac assez grand, pour faire les pièces, limiter les projections, et récupérer un tant soit peu du bicarbonate qui pourra être réutilisé.
– Un espace à découvert. Le bicarbonate a l’idée saugrenue d’être léger et de voler partout, alors en intérieur, imaginez la couche de poussière salée qui se sera déposée. Privilégiez un espace au grand air, et tant qu’à être utile, trouvez vous une place à désherber, le bicarbonate est un excellent et redoutable ennemi des herbes folles dans votre allée. Il ne tache pas, nettoie, les traces blanches disparaissent à la première pluie. Les mousses et autres lichens ne lui disent pas merci non plus… Mais vous oui 🙂
une table ou un support à votre convenance pour travailler à la bonne hauteur
– Si le bicarbonate de soude n’est pas nocif et même bon pour la santé, portez des protections, notamment pour les yeux et le nez, c’est assez désagréable quand ça vole dans les yeux…

La suite en images:

Mise en place du plan de travail
Le consommable
L’arme du crime
Les victimes
On plonge le bec de succion dans le sac de bicarbonate. Il faudra le déplacer périodiquement.
En place !
Le pistolet. Il me semble que la buse est fine, je ne me souviens plus.
C’est parti !
Résultat après bicarbonatage
Ne pas oublier de rincer abondamment à l’eau les pièces, et de les sécher
Terrain désherbé, c’est en deux en un !
Avec ce que j’ai avalé, je ne devrais pas avoir de souci de transit pendant quelques jours, c’est donc un trois en un !!!

Voilà donc une méthode simple et peu couteuse, respectueuse des pièces et de la matière d’aluminium.
Ici j’ai fait également le chrome des jantes, qui n’a aucune trace de l’opération.
Il sera ultérieurement possible de polir ou de polisher les pièces, si on aime le brillant blingbling !
A vos pistolets !

Motobécane G50 VLC

Une toute jaune !!!

La maladie avance, la collection aussi du coup…
Une mobylette jaune pétant… j’en rêvais !

Puis un jour je tombe sur une annonce, à 15 Km de chez moi, je fonce !

Je tombe sur un jeune homme qui me dit: j’ai récupéré ça, mais je sais pas ce qu’il y a, elle marche pas.
Bon, je me dis, j’ai la même à la maison en bleu, on devrait pouvoir s’en arranger.

On fait notre petite affaire, et hop dans le coffre !

Arrivé à la maison, quelques photos:

Il y a du boulot, mais rien d’insurmontable, et la base parait saine.
Le réservoir est rouillé, et sale.

Bon même si il avait pu la démarrer, il n’aurait pas été bien loin…

Opération démontage, pour faire l’inventaire:

Vu l’état du réservoir, je ne vois comment la belle aurait pu démarrer…

Là, je vais en baver pour le rattraper, mais j’en ai vu d’autres !

Allez, ça c’est fait!

Un peu de nettoyage et retouches de peinture:

Petite séance d’électrozingage.
2h30 en tout (décrassage, décapage, zingage en 3 passes):

Récupération et remise en état d’un Neiman d’une autre fourche:

Un peu de remontage…

Un peu plus…

Ce dimanche il faisait beau, mais froid, on en profite pour bicarbonater des pièces en vue du remontage:

Petite suite:

J’ai trouvé un guidon plus présentable. Pas parfait, mais mieux:

Prochaine étape: le moteur

Allez, c’est parti !
le vilebrequin a fait un petit séjour au congélateur, armé de ses nouveaux roulements.
Les nouveaux spis sont installés
Remontage du bloc moteur

J’ai joué au débutant…
J’ai voulu desserrer un des goujons de la pipe pour mettre le passe fil, que je n’ai pas besoin au final.
Résultat, le joint nylon n’aime pas ça, et j’ai cassé la pipe.
Et pour être sûr, j’ai recommencé avec une seconde, avec le même constat:

Donc, finalement, j’ai changé la pipe ET le joint, et curieusement, ça n’a pas cassé…

On continue, nettoyage du pot, à peu près à l’image du réservoir…

On continue le remontage:

Fabrication du porte parachute plaque minéralogique:

Changement de guidon, il est vraiment mieux !!

On continue (un peu):

Aujourd’hui j’ai remonté le vario, allégé à 2 billes sur une cage de 4.
La cloche n’était pas billée, mais les billes avaient toutes un plat… donc poubelle.
J’ai placé toutes les gaines, tous les câbles, reste à régler les freins.

J’ai branché l’allumage au CDI, et essayé de démarrer. Que neni.
Je teste les tensions à la sortie, cela me semble normal, donc cela ne vient pas de l’allumage. Je démonte bobine et CDI, je les change, pareil…
J’en profite pour changer la position des éléments d’allumage, car derrière le cadre, ce n’est pas le plus simple pour le SAV…
Je recontrôle le câblage, une cosse se fait la malle, je la change. Pas mieux.
Puis je relis mes notes. J’ai fait une rallonge entre le câble venant de l’allumage jusqu’au CDI. Les couleurs ne sont pas les mêmes alors j’ai noté la correspondance. Et ben voilà. J’ai pris quand j’ai câblé la page de la 50 de madame, et les couleurs sont inversées avec celles de la canari…
Je remets les fils dans le bon ordre, et pan, au quart, elle fume !!!
Elle prend bien ses tours, elle est régulière, impeccable.
Le carburateur (un pseudo dellorto 14/12R à 18€) fait bien son taf, je l’avais comparé avec un vrai, il n’y a aucune différence visible, toutes les pièces sont interchangeables.
Bref, content !
Seul bémol, le vario est voilé de partout, et il fait un bruit de ferraille, je l’ai pourtant révisé…

Quelques photos:


Hier et Aujourd’hui, les finitions:
Changement du variateur par un recomposé (et non voilé!)
Branchement du circuit lumière, clignotants, feu stop, Noviphone.
Le bouton de klaxon ne fonctionne pas, que les clignotants qui fonctionnent parfaitement. Je n’ai pas osé ouvrir le mécanisme, de peur de faire comme avec la 92, de perdre une bille, et donc le bouton entier… Donc ce sera un bouton supplémentaire, à droite.
Le Noviphone était grillé, changé pour un qui fonctionne.
Toutes les ampoules fonctionnent, elles sont toutes à LED 12V AC, dans les culots d’origine.
Pour les clignotants, les LED donnent une rémanence au fonctionnement, mais on voit bien le clignotement quand même. Je verrais si je les garde ou pas.
Enfin, j’ai réglé les roues, le capteur de vitesse était trop libre, et aurait pu se dégager des réservations de centrage, voire usiner le moyeu, et la roue libre usinait le bars oscillant.
Finalement, j’ai remis les caches après les avoir nettoyés.
Oui je sais, ce ne sont pas les caches qu’il faut, ce devraient être des jaune et blancs, mais on n’en trouve pas en bon état, et ceux ci, qui étaient pourtant recouverts d’une belle couche de peinture rouge fluo (j’en ai laissé une trace au dos pour souvenir…), sont très bien revenus. Ca lui ira bien, et si je trouve un jour ceux qui devraient être dessus, et bien on avisera !

Photos!

Voilà, reste à réaliser les essais sur route, et un bon nettoyage ensuite !

J’ai remplacé le cabochon arrière par un en meilleur état, celui en place était cassé en bas.

Premiers rayons UV…

Et premiers tours de roues:

Un peu mollassonne, mais il faut que tout se mette en place.
Elle a l’air de prendre un peu plus de tours avec un peu de starter, donc gicleur un peu juste (je suis en 58) ?

En tous cas elle est très confortable, et a un bruit relativement feutré pour un dellorto. Elle s’est déjà faite remarquer dans le village, j’ai reçu des SMS me disant qu’elle est très jolie !
Heureux !

Bon, va falloir lui trouver une place maintenant…
Elle est datée de début juillet 1974, Elle est pas mal pour ses 46 hivers !

Petit défilé avec sa cadette:

Motobécane AV(U)78

Image

Encore une qui va reprendre la route

jeu. 9 avr. 2020 00:19

Hello, un nouveau projet démarre. :youp!
Bon, il va pas aller vite, confiné mais en télétravail, ça laisse quand même un peu plus de temps que d’aller au taf.
Mais il y a le jardin avec les tailles, tontes, etc, et les travaux d’agrandissement, donc la pauvre 78 va prendre son temps… :triste1:
Alors ce n’est pas la 78 à moteur à ressort piston que vous avez aperçu il y a quelque temps, mais une autre un poil plus moderne et plus fraiche niveau peinture, donc qui devrait me prendre moins de temps. D’ailleurs, Merci @Charly ! :super:
Enfin ça c’est la théorie, parce que la première pièce que je veux nettoyer me pose déjà problème… :(
Je m’explique: je veux commencer par la fourche, la nettoyer, la préparer pour la suite.
Je démonte les fourreaux. Le premier tombe parfaitement, suivi d’un bout de ressort, et des bagues et entretoise.
Le second résiste. Après bien des efforts, il vient, avec le ressort complet, et une bague. L’entretoise et la dernière bague restent eux dans la fourche, bien coincés. 8|
J’essaye ce que j’ai fait avec de nombreuses fourches, je me suis bricolé un pseudo extracteur avec un fil de fer bien épais, rien à faire, ni en tirant, ni en poussant…
Et c’est en observant l’autre fourreau que je me rends compte qu’une bague de renfort est soudée au milieu de la fourche, et c’est sur elle que vient s’appuyer la première bague, puis l’entretoise !
Et la, plus de solution, la seule chose que je peux raccrocher est le renfort…

Avez vous une idée ?

Photos:
La fourche démontée:
Image
Les bagues (en acier! 8| ), 3 de sorties sur 4
Image

Etat du 1er ressort :rouge: :
Image

Etat du second… :grr:
Image

Les bagues de sorties de fourche sont d’un petit format:
Image

Bon, je démonte la vielle fourche de la 78 qui s’est fait couper le phare:
Les ressorts sont bien sortis, les deux premières bagues, et … plus rien même cinéma, tout bloqué !

Photos:
Image

Les bagues (en plastique), alors que la fourche est plus vieille ! 8/
Image

Les bagues de sorties de fourche sont plus grandes et n’ont pas l’air d’avoir de spi, mais d’un joint caoutchouc large:
Image

Les ressorts présentent un début d’usure, je peux les monter à votre avis ?
Image

Mes questions, en plus des précédentes (oui je sais, ça commence bien, mais bon, je vous avais prévenus plus haut, hein ! :mrgreen: )
– Si je mets les ressorts de la vieille fourche, je ne suis pas obligé de mettre ses bagues de sorties de fourche ? (je crois connaitre la réponse, tapez pas trop fort ! :beq: )
– Les ressorts cassés/tordus de la fourche plus récente ne seraient pas dans cet état à cause des bagues métalliques ? Si c’est le cas, la récidive peut se produire avec les ressorts de l’ancienne fourche ? :??:
Allez, dites moi tout !

ven. 10 avr. 2020 00:27

Salut !
Après comparaison, j’ai gardé les bagues de bas de fourche les plus courtes. Les grandes sont jolies, mais réduisent la course des suspension d’un bon cm, si ce n’est pas plus.
J’ai mis les ressorts de la vieille fourche, et comme je n’ai pas pu ressortir l’entretoise et la bague métallique, j’ai remis les métalliques.
Après nettoyage, j’ai remis de la bonne graisse, et remonté le tout.

Image Image Image

Ca, c’est fait

lun. 13 avr. 2020 01:03

Petite séance de nettoyage…
Image

ven. 17 avr. 2020 23:33

Un petit peu de frotfrotte ce soir:

Les deux étaient strictement identiques…
Image

On essaye le porte bagage ? y’a pourtant plus de bleu…
Image
Plus de bleu ? mais si !!
Image
Tada !
Image
Bon c’est pas terrible non plus, la couche de bleu est bien peu épaisse…

sam. 18 avr. 2020 11:19

En plein jour, c’est encore plus frappant…
Image

18 avr. 2020 15:48

Allez, cet après-midi, résinage méthode @charly
Bon ben je sais pas, mais ça ma pris trois seringues.
Au départ je partais sur une et demi.
Bon j’ai fait un réservoir d’AV3 pour une demie à peine, le restant dans la 78… Faut dire qu’à un moment donné, je ne voyais plus si c’était nappé ou pas, donc j’en ai remis… Le prochain, j’essaierais de mettre un colorant alimentaire…
Image

Image

15 mai 2020 10:31

On partait de loin quand même…
Image

Sinon, voilà où j’en suis:
Image
Image

Les jantes sont vraiment HS, à changer…
Image
Image

Moyeu arrière avant/après:
ImageImage
Image

15 mai 2020 11:48

Je viens enfin de recevoir mes jantes neuves et mes rayons… Image

Mais je ne sais pas si ce profil convient ??? :?: Image

15 mai 2020 14:47

Pour le moteur, je suis parti d’un airsal 39:
Image

Pour obtenir ça:
Image Image Image
Image Image

17 mai 2020 16:10

Petite séance d’électro-zingage
Image

17 mai 2020 18:03

Production du jour: Image
Image

20 mai 2020 22:05

Assemblage du moteur (il a pété – oui pas dans cette position on est bien d’accord :hehe: )
Et remise en état du moyeu avant
Image Image Image Image

23 mai 2020 19:14

Elle ne sera pas sur les routes ce week-end, faute au fournisseur qui s’est gourré dans les rayons que j’ai commandés.
Il a envoyé des 2mm au lieu des 2.65 commandés, et des petits écrous qui passent au travers de la jante, pourtant commandée en même temps.
Bref, ça m’a énervé, et j’ai pris le taureau par les cornes, ou plus précisément par les rayons…
Avec Sylvie, on s’est amusés à frotter les rayons, mais l’aspect ne me plaisait pas pour des jantes neuves.
Du coup, hop, opération zingage !

Préparation, par groupe de 9:
Image
Trempage dans l’acide chlorhydrique pour enlever les anciennes traces de zingage, et virer l’éventuelle corrosion restante:
Image
Puis bain d’électro-zingage
Image
Sortie de bain:
Image
Après léger frottefrotte, la production du jour:
Image
Pas mal, hein ?

26 mai 2020 09:20

Bon, ça ma pris la soirée, mais je pense avoir pigé le truc… :yakkun:
Image Image
Je vais devoir retailler mes rayons, ce sont pourtant ceux d’origine… sans doute que le profil des jantes est un peu plus creux ?
Image

1 juin 2020 23:59

Voilà mon outil maison… C’est simple, mais ça marche.
J’ai simplement élargi le passage d’axe, pour pouvoir passer du 10 au 12 mm.
Image

Sinon, voilà ou j’en suis ce soir.
Image Image Image
Image
Image Image
Les câbles ne sont pas tirés, juste les gaines
Image
J’ai dégoté à la boutique du club quelques pièces neuves:
Image

11 juin 2020 15:17

Sortie des Ateliers de la Coursannaise :ghee: :
Image Image Image Image
Image Image Image Image
Image
Elle fonctionne plutôt bien, légère et nerveuse, ça va être sympa !

Pourquoi elle s’appelle Motobécane AV(U)78 ?
Simplement parce que lors de l’immatriculation, une erreur l’a fait changer de marque de Motoconfort à Motobécane.
Si Motoconfort, elle se serait appelée AU78. En Motobécane, c’est AV78.
Ce sont deux marques, du même constructeur. Les deux sortaient des mêmes usines, et la marque était appliquée en sortie de chaines. Les deux marques sortaient des modèles strictement identiques.

Motobecane AV3

AV3 dans son jus

2 juil. 2019

Hello,

Nouveau projet express !
J’espère pouvoir la remettre sur roues d’ici dimanche pour les belles d’autrefois, bourse -expo à Coursan en Othe le 9 Juillet 2019.
Au passage merci a jean-H, qui m’a gentiment donné deux épaves et qui m’avait reçu royalement a son entreprise!!

Photos.

Image
Image
Image
Image
Image
Image

Le but étant qu’elle soit dans son jus au maximum.
Je la reprendrais plus tard pour changement de câbles et gaines, ils ne sont pas rouillés et coulissent parfaitement.
J’ai l’essentiel des pièces.
J’ai un cadre de 49, celui ci est de 51, c’est le même mais en plus joli.
Allez, j’ai commencé dimanche-là, je vous donnerais des nouvelles

8 juil. 2019

Hello,

L’AV3 a donné des signes de vie jeudi soir…
Elle était remontée a 90%, et j’ai voulu la démarrer.
J’ai changé la bobine d’excitation par une moderne, et planqué une HT Novi peinte en noir sous les carters.
Elle ne voulait rien savoir, une tout petite étincelle de rien du tout sur le fil….
J’ai incriminé la bobine HT, puis une autre, puis la cloche d’allumage,… Puis éclair de génie (ou de raison!), J’ai vérifié l’écartement des rupteurs….
Grand bien m’a fait (c’est super simple a régler sur ce modèle, je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas gardé ce principe, le réglage est super précis), je remets la cloche et essaie, une belle étincelle toute bleue de près de 2 cm!!
Elle a démarré au quart, prend ses tours, et a un bruit magnifique!!
Je remonte les derniers éléments le vendredi, et le samedi je l’installe (après l’avoir essayée sur une dizaine de km) sur le stand des belles d’autrefois .

Ce qui a été fait:
Démontage total de la machine (aucun boulon de cassé, c’était vraiment de la bonne ferraille), nettoyage/décrassage et polishage avec 000 en faisant attention aux filets.
Remontage en changeant la visserie HS.
Optimisation allumage en le modernisant (condo Fluky et bobine externe)
Changement des pneus/chambre/fond de jante.
Réfection du feu rouge (les ampoules fonctionnaient encore).
Je lui ai mis le réservoir à robinet de sa congénère, qui est comme neuf a l’intérieur, ni rouille.ni gras!!

Ce qui reste encore a faire:
Trouver un guidon propre (avec percements spécifiques poignée AV3)
Changer les jantes….
Elle est très agréable a conduire, même si la prise directe est surprenante au premier abord,
Elle avance pas trop mal , peut mieux faire dans les côtes légères.
Ceci dit, dimanche après l’avoir descendue de son perchoir, elle marchait beaucoup mieux et a fait le plaisir des quelques personnes qui l’ont essayée !!!!

Photos !

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Motobécane AV48

Image MOTOBÉCANE AV48

16 mai 2016 Bonjour à Tous,

Après la restauration de ma 68 de mon enfance, et de la L92N qui m’a virussé sévère à la Tobecmania, dont j’ai présenté des ersatz ici et des dossiers plus complets sur le forum du MCF, je m’attaque à la restauration de cette jaunette qui m’a tapé dans l’œil… Repérée dans une annonce du coincoin, elle présentait plutôt pas trop mal. Apparemment complète et avec le variateur qui dénote dans cette gamme habituellement présentée sans, le prix négocié juste ce qu’il faut avec le vendeur très sympa, je prends ma c5 favorite et une heure après je suis à côté de Melun, et à côté de la bébête. Elle est belle, pas trop cabossée à part le phare qui est le témoin d’une belle gamelle, elle ne démarre pas, et le moteur est bloqué. Elle est complète, et le vendeur me file quelques pièces d’une autre bécane, et des vieilles roues qu’il allait bazarder… C’est une jaunette, les discours de BBMicro me reviennent à l’esprit, lequel se rêve d’aventure… Il avait aussi une AV3 bien abimée. Quelques papiers remplis, un bon moment passé ensemble pendant lequel le vendeur me montre sa 4L en réfection façon décapotable, sa pseudo citroën (j’ai oublié le nom) avec des pièces de Visa construite à quelques exemplaires, et sa jeep de l’armée US assemblée en France, bref un passionné comme on les aime bien. On met la belle dans le coffre, on se dit au revoir, et retour chez moi. La 92 n’étant pas terminée, et des travaux dans la maison étant plus urgents, elle dort là quelques mois.
En attendant, je fouine de droite et de gauche pour lui trouver ce qui lui manque Je récupère une 44 grise peinte en noire AV3, mais la peinture est costaud, s’en va pas à l’acétone… Je voulais la mettre en pièces, mais elle est complète et seul l’embrayage est bloqué… qui s’est accompagnée chez le même vendeur d’une AV79 que j’aimerais bien retaper… Bref, cette 48 va me ramener du pain sur la planche !! Les phares rectangulaires d’AV44 ne me plaisent pas plus que cela, et les optiques sont une chienlit à trouver, et quand on trouve, c’est un bras tout entier qui vous est retiré… Ceux de 92 sont chers, mais au vu de la différence de qualité cela peut se comprendre… Je préfèrerais lui mettre un beau phare rond, comme les premiers modèles. Je le trouve plus seyant. Mais cela suppose changer de fourche car les attaches ne sont pas les mêmes, et la mienne à ceux qui ne me conviennent pas… Donc je fouine… Puis je trouve toujours sur le BC une 44 débraillée accompagnée d’une 42 ou 43 pas trop mal, toutes deux jaunettes. C’est du côté de Beaune cette fois, et en allant voir sfauteux sur Lyon, je m’y arrête et embarque les brêles. Le monsieur n’était pas là, il était parti en weekend, il me les a préparées là, et moi je lui mets l’argent dans sa boite aux lettres. comme quoi la confiance n’attend pas les années ! Donc je fais le stock de pièces, et en prime une 43 qui ne demandera pas grand chose pour repartir ! La restauration demandera du temps (et j’en ai peu), j’aimerais la finir pour le 3 juillet pour l’expo/bourse de Coursan en Othe… Allez, quelques photos !ImageImageImageImage ImageImage L’est pas beau ce phare, hein ? L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4448-1024x768.jpg. Une jolie sonnette aux couleurs du concessionnaire (qui n’existe plus): L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4449-1024x768.jpg. Des décalcomanies bien jolies aussi, hélas abimées… Image La selle a morflé, le gars avait le cul tordu ? L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4452-1024x768.jpg. Gaines et câbles à refaire L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3748-1024x768.jpg. Elle est complète avec moteur et carters. Le moteur était bloqué, méthode douce: trempage une bonne semaine dans le wd40, moteur en place, versé par le puits de bougie. puis démontage du moteur du cadre, déculassage, par chance le piston n’est pas au PMB, et il est collé dans la chemise. Donc cale entre culasse et piston (morceau de gros tube en cuivre), remise de culasse et serrage tout doux en croix. Il s’est décollé tout gentiment, et le cylindre ne présente aucune rayure, juste la marque ou étaient collés les segments ! Et la il attend bien au chaud dans sa boiboite… L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4458-1024x768.jpg. Voici le phare récupéré sur la 44 de Beaune: pas trop mal ! L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4459-1024x768.jpg. Il y a dessus une déclcomanie qui aura du mal à résister au 000… Dommage, je l’aurais bien laissée L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4460-768x1024.jpg. La fourche qui va pour ce phare: Un peu tordue, mais rien de grave L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4461-768x1024.jpg. Mais si ça ne va pas, je peux revenir en arrière, à Villeneuve sur Yonne, je suis tombé sur ça (un peut chérot tout de même…) L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4462-1024x768.jpg. Voici ce qui reste de la 44… Il manquait déjà beaucoup de choses, tout ce qui restait était bricolé à la va-que-je-te-pousse L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4463-1024x768.jpg. Mais le pompon, est à la béquille (qui n’était plus là … L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_4465-1024x768.jpg. Voilà, la 48 est dans un jus plutôt sympa, je ne pense pas passer par la case peinture, par contre j’aurais sans doute besoin de vos lumières à l’occasion, alors restez dans le coin !
21/11/18 Hello, Ca fait un sacré moment que le chantier est ouvert, et n’a pas été mis à jour. Après un passage aux usines CharlyCity, le moteur a été remonté, révisé, et approuvé ;-) Tu sais, Charly, c’est celui où on a passé 4 heures à chercher pourquoi il ne voulait pas partir ? On a tout changé, et au final, c’était le… Condo ! Bref, il tourne nickel. Entretemps, j’ai donné un coup de pinceau sur les pièces qui en demandaient le plus, tout remonté, et maintenant elle tourne !!! Voici quelques photos, bon, il faudra que j’en refasse quand la machine sera nettoyée et en plein jour, mais là je n’ai que ça ! Allez, une de plus sur les routes ! Image Image Image ImageImage Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Les essais sur routes sont parfaitement concluants, une bonne petite machine toute légère très maniable, nerveuse à souhaits !!
23 mai 2019
Image
Halte en Pays d’Othe… La jaunette reprend vie Lire

Motobécane H50(V)LC

Modifier l’article

Saisissez le titre

MOTOBÉCANE H50(V)LC

jeu. 23 juin 2016
Bonjour à tous,
Voici la troisième mobylette restaurée by myself…
Dénichée sur LBC à une trentaine de Km de chez moi, elle est chez moi maintenant et j’espère bien la faire rouler d’ici peu.
Elle a une histoire pas banale, plutôt triste.
Son propriétaire l’a acheté au concessionnaire local en septembre 1977, pour aller travailler.
La belle est entretenue et couvée, et pendant 23 ans et un peu plus de 18000 Km (si le compteur n’a pas fait le tour), la belle est en deuil tout comme la famille du défunt propriétaire.
On n’ose plus la regarder, bien qu’elle n’y soit pour rien, on refuse d’y toucher, et depuis 2000, elle dort dans le garage familial sous une couverture et se fait oublier.
Pourtant, 16 ans après, le réveil est brutal: il faut débarrasser la maison devenue vide, et on la redécouvre derrière les outils de jardin et les vieux volets.
On ne peut pas se résoudre à la jeter, et tel un organe qu’on donnerait pour continuer la vie, on lui cherche un nouveau propriétaire.
Mon mail a du lui plaire au frangin qui la vend, et on se donne rendez vous.
La machine est en excellent état de carrosserie, pas de rouille visible. comme si elle m’attendait depuis tout ce temps.
Par contre comme le cœur de son propriétaire 16 ans plus tôt, le moteur est bloqué, et nécessitera une opération pour la tirer d’affaire, si tant il en est possible.
Après discussions, le prix est négocié, le gentil frère me tend un papier: la facture originale !!
La Mobylette a été achetée en septembre 1977, pour la somme de 2045 Frs, 2130 Frs casque inclus.
Un bon mois de salaire à l’époque, une sacrée somme pour un ouvrier !
La facture elle date d’un autre temps: Ecrite à la main, pas de numéro, pas de TVA… Payé en espèces !
La voici donc chez moi, voici quelques photos de sortie de remorque, elle a fait le voyage sous la pluie…

L’ancien propriétaire a du prendre une gamelle, le carter moteur, celui de fourche et le phare ont râpé mais rien de grave.
Cela faisait un moment que j’en cherchais une de cette couleur, j’adore !!!
Par contre en démontant les carters moteurs, surprise, le moteur est entièrement recouvert d’une pâte faite d’huile, de sable, de cochonneries, le tout bien durci…
Pas sur que l’entretien ait été si rigoureux…
Je démonte la bougie, je mets du WD40, le moteur se débloque instantanément, mais seulement à 180°, pas plus…
Donc démontage, j’ai eu un mal de chien à sortir le piston de la chemise, j’ai été obligé de prendre un maillet et de taper le bas de chemise…
Enfin c’est sorti, le cylindre n’a rien du tout, extraordinaire !
Côté piston, les segments sont collés, à peine touché, paf cassé…
J’ai essayé de sauver le second avec la méthode eau chaude eau froide et ainsi de suite, tintin, obligé de le virer manu militari…
Puis bain d’essence, nettoyage, et bicarbonatage de l’alu.
Photos:

Joints spi changés (les anciens laissaient pisser le WD40 )

ImageBelle couche de crasse, là c’est soft…
Image

Il va falloir que je me trouve des segments à ergotage intérieur, évidement je n’ai que des anciens…
Il faut que j’achète aussi du scelle-roulements, le vilo est usé au niveau des roulements (qui n’étaient pourtant pas (trop) bloqués) et les nouveaux roulements nagent…
Mais pas un pet de jeu sur la bielle, ni latéral ni longitudinal. cool !

dim. 6 nov. 2016
Carbu au bain moitié eau moitié vinaigre, il en est sorti de la m..de !
Puis bain aux ultrasons (petit bac d’1l de chez Lidl) avec un peu de liquide vaisselle.
l’opération répétée 3 fois, sorti nickel le Gurtner !

Donc moteur remonté, entretemps un variateur a croisé sa route, greffé sur le vilo, avec la transmission qui va bien et la griffe ressort élargie.
L’allumage a été changé pour un Moriyama pas neuf mais d’époque, planqué la bobine et le CDI devant le garde boue arrière, le régulateur dans la boite de la centrale clignotante.

Le réservoir était aussi sale que le cadre, c’est pas peut dire, nettoyage avec de la lessive de soude et de l’eau bouillante, laissé tremper la nuit, le mélange est ressorti noir de chez noir…
Re-nettoyage, puis rinçage à grande eau, puis séchage à l’acétone.
Le réservoir n’est pas rouillé, juste une fine pellicule de bruine de rouille, tout va bien.

Tentative de démarrage, après de bons moments de pédalage, le moteur se lance, hésite, puis s’élance, elle a pété !
Par contre quel barouf !!!!
Un des roulements est HS, pourtant neuf, mais il fait un bruit d’enfer… dégoûté, il faut redémonter…

Je laisse la 50 de côté un bon moment, énervé, vexé, coléré…
Pis v’là, je la regarde, sur son support le guidon en l’air, elle me fait pitié…

Allez, je démonte le moteur, Mob50du10 démonte celui de sa madame à lui, donc à deux c’est plus sympa.
Et ben oui, le roulement neuf, pourtant un skf Italy, a ses billes qui ne tournent pas rond, des points durs partout.
Par sécurité, je démonte l’autre côté, et là, pareil !!!
Bo..el, mais qu’est ce que c’est que ces roulements ???
Je les démonte, là je me dis que j’aurais mieux fait de me coucher au lieu de mettre du scelle-roulements… Mais bon, il fallait bien !
Je remonte les deux nouveaux, des SKF aussi, mais pas du même stock (enfin je crois, on ne sait plus au fond).
Nouveaux spis, nouveaux joints, je remonte tout ça, et remonte sur ma brêle (non sur celle de ma femme, ça y est elle la veut  ).
Ce soir je m’occupais du train avant, démontage du phare pour en mettre un moins abimé . Je m’aperçois qu’il n’y a pas de graisseur !!! c’était pas en option tout de même ?? Non le manuel de pièce détachées les mentionnent bien… Bizarre.
Du coup démontage des ressorts de suspension, ça va, graissé mais sans plus, et un bon coup de ménage n’y fera pas de mal !

Lun. 7 nov. 2016
Je me suis occupé du train avant, bicarbonaté le moyeu les rayons et le chrome (aucune trace du bicarbonatage dessus, ça va quand même mieux qu’au 000…)

Nettoyage, astiquage, changement des billes de roulement, déglaçage des garnitures de frein, changement du câble, changement du phare et remise en place du compteur.

D’ailleurs pendant cette phase de changement de phare, j’ai cassé le cache avertisseur…

mar. 8 nov. 2016
J’en ai un de rechange, mais il me manque les clips de fixation.

J’ai essayé de la démarrer mais punaise qu’elle est dure à la pédale! !!
Côté transmission, c’est fluide, rien qui freine, côté moteur il tourne à la main sans trop forcer, enfin compression qui paraît normale, côté embrayage ça paraît nickel, je vois pas où ça peut freiner….
Peut être qu’il faut roder un peu les roulements qui sont encore dans leur graisse d’origine?
Et puis il faut que je nettoie le réservoir à nouveau,
Des cochonneries ont bouché le robinet, plus rien qui passait …. risquait pas de démarrer. ..
 

jeu. 17 nov. 2016
Bon ce week end, je me suis occupé du réservoir.

Je l’avais nettoyé, mais il y avait encore beaucoup de dépôts…  Robinet bouché…
Donc vidange, mis un vieux robinet, mis eau bouillante + vinaigre, secoué un peu, recouvert le réservoir pour garder la chaleur, et puis laissé la nuit.
Le lendemain matin, vidange, mais pas convaincu du tout, eau à peine sale…
Donc retour à la case lessive de soude + Eau chaude. (ça fait maal !  )
Laissé le temps du repas, vidange toute noire, la sortie du robinet se bouche, avec un bout de fil de fer, je parviens à retirer les amalgames qui obstruaient…
je sors les grands moyens, le karcher offert à mon anniv’ sera inauguré là.
J’en mets un coup dans le réservoir, ça sort noir charbon et se bouche quasi instantanément. :-/
Je suis sur la bonne voie que je me dis.
Résultat, j’ai passé l’après midi à alterner eau chaude avec lessive de soude, et grands coups de karcher…
Au final, après avoir sorti une pleine poignée de cailloux de mélange fossilisé et des kilos (j’exagère à peine) d’amalgames gluants et épais  , l’eau sort enfin claire et sans dépôt.
Coup d’air comprimé pour chasser le maximum d’eau, et séchage à l’acétone.
ImageAu final un réservoir totalement sain et sans rouille, génial !
 
Et là on me dit:
« Le vernis de protection d’origine a été complètement enlevé par la soude. la tôle est à nue et le SP va se charger de faire rouiller ton réservoir. C’est le moment de passer l’acide phosphorique, rinçage, séchage et la résine dans la foulée. »…
Ah…. po prévu ça. ..
En plus faut tout démonter…
Démonter la 50?
Ah non alors, on se demerdera autrement, pas question…..

Clair qu’il va falloir user d’ingéniosité…

Bon voici quelques photos, la machine n’est pas propre, elle a passé trois heures sous le karcher la week-end dernier, et en aura encore le prochain, donc…

Un clignotant cassé, corps et cabochon…
Le cabochon j’ai, mais pas le corps, et pas facile à trouver à moins d’y laisser quelques billets…
La selle est fendue, va falloir y faire quelque chose, il me semble avoir vu un tuto à ce sujet…
La suite de la visite:
Le régulateur est intégré à la boite de la centrale clignotants:
Et le CDI et la bobine bien à l’abri:
Donc ce week-end on va restomer…
Cela fera jamais 3 fois que je dépose le moteur…
Mais bon ! On va finir par commencer à voir le début de la fin !

lun. 21 nov. 2016
Salut à tous !

Pendant que Mathieu s’affairait à la 79 de madame,
de mon côté, je m’occupais de la 50 de ma madame à moi …
On s’est beaucoup croisé, beaucoup parlé, surtout à propos de mob (bien entendu… )
Il avance vraiment bien, sa madame aussi, et c’est vraiment bien de partager un atelier dans ces conditions là…. donc disais-je je me suis occupé de la 50 de madame, car mon opération de décrassage du réservoir a bien réussi, à tel point que le vernis de l’intérieur du réservoir n’a pas résisté…
Fallait donc y remédier.Par contre, démonter moteur et compagnie ne m’enchantait guère.
J’ai donc trouvé des solutions alternatives. J’avais un kit Restom à dispositionJ’ai bouché la sortie avec un vieux robinet sur lequel j’ai mis une longue durite souple.
J’ai mis la solution dégraissante pour terminer le fond du réservoir dans lequel il restait quelques dépôts.
en petite quantité.
Du coup, ce que j’ai fait pour simuler le remuage de la machine, j’ai mis un coup d’air comprimé dans la durite, robinet ouvert.
L’air sous pression remue le liquide dégraissant, et en vaporise une partie qui se redépose dans tout le réservoir, et ruisselle sur ses parois internes.
Passé une demi-heure, vidange, rinçage. Nickel.
J’ai passé ensuite le dérouillant phosphatant.
Les quantités étant petites, j’ai fait la même opération avec l’air comprimé.
Toutes les 5min, je donne un coup d’air, et le produit est remué, et ruisselle le long des parois.J’ai bien conscience que cette méthode n’est pas valable sur des réservoirs bien gras et bien rouillés.
Là ce serait la méthode de la bétonnière qui serait efficace (très).
Mais ici c’était surtout un travail de finition, car le réservoir n’était ni gras ni rouillé. Juste tout nu…
Une assurance, quoi. Opération rinçage, soufflage, acétonage, et resoufflage…

Puis vient le moment de la résine.
Cela a demandé un peu de préparation, mais au final le résinage n’a pas pris plus d’une heure, et le réservoir est parfaitement recouvert.
Ma solution ?

Simple !

Des sangles classiques qui prennent le cadre derrière la fourche et au niveau du parte bagage.
Ces deux sangles servent à assurer la position horizontale idéale du réservoir.
Puis une autre sangle au niveau de la pédale pour donner l’inclinaison.
Et quand celle ci devient trop verticale pour continuer avec la pédale, une autre qui vient prendre au niveau de la béquille.

On verse la résine, on laisse garnir le bas puis le haut, puis on commence à incliner, et en jouant avec les sangles, on peut faire d’abord la moitié, puis la seconde en prenant l’autre pédale. maniper les sangles ne demande pas beaucoup d’effort, et l’opération globale est assez rapide.
Puis quand tout est bien nappé, on met la bête en position égouttage.
Voilà, demain ou après je décroche la bête sans effort, et la remets sur ses roues.

En tout cas pas un boulon dévissé, pas de mal de dos non plus…

 

mar. 22 nov. 2016
Je l’ai descendue de son perchoir hier soir, elle s’est posée sur ses roues comme une fleur…
Maintenant, faut attendre que la résine polymérise à coeur…
Moins drôle ça. .. :(

ven. 20 janv. 2017
Pour info, la bête est totalement remontée.J’ai bien essayé de la démarrer, mais quedale….J’ai de l’étincelle, du klaxon, du clignotant, mais pas de phare et de feu.Comme j’ai mis un moriyama, j’ai bien entendu viré la zener, le retour à la masse du phare, et puisque je ne suis pas sur du contact stop, je l’ai débranché. Je dois avoir un s.l…..e de masse quelque part que je n’avais pas avant redémontage du moteur….

Bref il faut que je revoie ma copie, mais ça caille grave à l’atelier, et ma grippe est encore trop récente…
Donc on va voir…
 

dim. 22 janv. 2017
Bon elle a toussé aujourd’hui, en mettant du mélange par le puits.
Donc j’ai un problème de carburation. Pour mon problème électrique j’ai trouvé, un fil mal branché à l’Inter du phare .
Donc tout va bien.

Par contre le bruit de roulement est revenu, j’espère qu’il va se calmer…  (on me dit que non)…
 

lun. 6 févr. 2017
Bonsoir à tous,

Ce week-end on a bien bossé avec Mathieu, sur la mob de nos moitiés.
En plus la visite de Fred était sympa, avec des conseils en prime…
L’AV79 de Mathieu (enfin celle se sa dame) avance bien, elle ressemble de plus en plus à … une AV79, mais belle,
et la 50 de ma dame à moi va plutôt bien.
Concernant le problème de démarrage, il est derrière nous.
J’ai fini par piquer un carbu sur une donneuse, le nettoyer à l’essence puis aux ultrasons, bien séché, remonté, et …. vroum, elle est partie.
D’abord timidement, puis le réveil s’est fait plus décisif, elle prend ses tours.
OUAISSS !
J’aurais plus qu’a vérifier le carbu d’origine, pour qu’il puisse resservir.Concernant le problème d’éclairage, derrière nous aussi.
C’était la masse qui relie l’ampoule stop et l’ampoule feu au cadre qui était cassée… un peu d’étain plus tard, c’était fini.
Juste que mes ampoules LED claquaient en série …
Mesure faite, 25V au lieu des 12…..
Je vire le régulateur de 51, j’en mets un autre dans le phare cette fois, et là 12V à peine, même en pleins tours.
Donc au final, phare, feu et feu stop fonctionnent parfaitement, avec des LED s’il vous plait .
Les clignotants fonctionnent également, j’ai remonté un neuf NOS à la place de celui cassé, changé quand même 3 ampoules, et un cabochon qui était sournoisement cassé sur le dessous, pas facile de s’en apercevoir sans démonter. Changé sur le champ, pas question que l’humidité se mette là dedans, on sait tous ce qu’il en résulterait…
Tous fonctionnent, mais les contacts du sélecteur ne sont pas top, mauvais contact, du coup ça ne fait pas les alternances, qu’une fois sur 36.
Faudra que je me trouve un nettoyant contact, et que j’ouvre le sélecteur.

Je vais nettoyer la bête comme il faut, va être toute belle ! Reste le bruit de roulements, il est présent, pas trop fort, enfin moins que sur celle de Mathieu avant changement, mais présent tout de même.
A surveiller donc…

 

dim. 26 févr. 2017
Bonsoir,

Quelques nouvelles de la désormais H50Vlc.
Elle est presque finie, je viens de lui mettre les carters de courroie et de chaînes, elle a belle allure.
Je mettrais des photos quand je pourrais la photographier en plein jour, là j’ai fini un peu tard.
La greffe du variateur a bien pris, elle fonctionne plutôt bien.
Quelques réglages pour lui rendre sa fougue, notamment l’avance à affiner.
D’ailleurs, avec un allumage électronique moriyama et carbu d’origine (d’une autre 50, mais d’origine),
On doit adapter l’avance ou rester à 2? la réponse est oui, pas de changement.J’ai voulu nettoyer les contacts du commutateur de clignotants, car celui-ci faisait des faux contacts. Mal m’en a pris, les billes se sont barrées… Je les ai retrouvées, mais après nettoyage, je me suis rendu compte qu’il manquait aussi un ressort qui tient ces billes…
Et bien sûr j’ai jeté le commutateur hs de la 92, donc pas de pièce d’avance…
 

lun. 13 mars 2017
Bonjour,

Aujourd’hui, petit travail:
Le couvercle arrière de phare a cassé , comme d’habitude….

Donc opération régénérationPlus qu’à lui donner un coup de gris !! ;-)

 

ven. 17 mars 2017
J’ai pu prendre quelques photos :

Reste à régler deux trois soucis:

Là Un forumeur m’a bien aidé (merci !)

Et puis les roulements à refaire  , et la plaque d’immatriculation….
Ca vient bon !

En plus Madame l’a essayée aujourd’hui (dans la cour, faut pas pousser…), elle est conquise !

mar. 21 mars 2017
Je viens de recevoir une enveloppe:

C’est le vendeur de la mobylette qui m’envoie ça:

Et dedans il y avait ça:

et surtout ça:

Je suis de suite aller vérifier 🙂 C’est la bonne, elle fonctionne !!

Et en plus il y avait ceci:

Ainsi je sais que l’embrayage et le pot ont été changés moins de trois ans après l’achat.
Et qu’il a fait 11800 Km pendant ce temps.
Donc au final peu ensuite, 18000 aujourd’hui…
Et que les prix en francs seraient sans doute égaux aujourd’hui voire supérieurs, mais en euros…

Merci en tout cas pour cette délicate attention !!

lun. 27 mars 2017
Premiers tours de roue pour cette 50 durant ce week-end ensoleillé

Essayée et adoptée !!! 😉

La voici un peu plus tard, dans sa livrée définitive:

13/09/2020

La résurrection !!!!

La pauvre 50 était remisée depuis près de deux ans… La cause ? Le réservoir qui se déteriorait. Il a pourtant été nettoyé, restomé… Mais je l’avais mal fait, et la résine partait en lambeaux et venait boucher le carbu… Sylvie se contentait d’une des autres mobs en service mais se languissait de sa 50 . Donc il a fallut agir… Donc démontage presque total, ne restait plus que la fourche et le guidon pour ne pas a avoir a démonter les cocottes et les câbles . Opération décapage avec la solution adaptée restom, puis dégraissage sur bétonnière, puis redécapage,, puis dégraissage, puis phosphatant et finalement résinage. Reprise de certains éléments, retouches peinture, zinguage et nettoyage… Et remontage. Finie aujourd’hui, elle roule et très très bien !!! Madame est enchantée !!

Le plaisir de retrouver l’asphalte !!!

Motobécane L92N

7yvesb10-1-20150310-201043[1]
Motobécane L92N

Alors voilà, c’est à cause de cette Mobylette que j’ai compris que ma maladie, la Tobecmania était en moi à un stade avancé…

Une annonce sur le « coin », quelques emails, et je profite d’un séjour programmé en famille pour aller la chercher.
Arrivé sur place, je laisse ma famille, et roule jusque ma promise… Celle ci m’attend, au chaud dans un garage. Le vendeur est sympathique, il retape des voitures, et côté deux roues, il a lui la nostalgie des cyclomoteurs Honda. Il me montre la Mototobécane, qu’il revend pour financer la restauration de son Camino, et il y a du boulot…
Elle est là, complète elle est assez propre, et elle fonctionne. Elle date de 1972.

Image
ImageImage

Seuls gros problèmes, le phare n’est pas celui d’origine et le bon est coûteux, et le réservoir a l’air pas mal attaqué, peut être pas rouillé, mais en tout cas très sale.

L’affaire est faite, la belle est dans le coffre, et hop, week end en famille, les yeux allumés…

De retour à la maison, débarquement du coffre, et quelques photos:7yvesb10-2-20150310-201043[1] 7yvesb10-3-20150310-201043[1] 7yvesb10-4-20150310-201043[1] 7yvesb10-5-20150310-201043[1] 7yvesb10-2-20150517-234603[1]

Après inspection rapide voici les éléments à revoir:
– Réservoir rouillé, il va falloir tout démonter, ce que j’aurais aimé éviter…
– Le phare est d’une autre machine, il faut en trouver un bon.
– Des cabochons de clignotant sont cassés.
– Le commutateur de clignotants est cassé.

Les éléments positifs (il faut en trouver, pour se motiver 😉 )
– La peinture est propre, un bon coup de polish est c’est parti, juste quelques retouches
– Les chromes sont corrects, à part les jantes qui sont piquées
– Le moteur n’est pas bloqué et fonctionne, j’ai essayé, ça envoie !- La selle est neuve, elle était encore emballée dans le film d’usine…
– Elle est magnifique !!!

Allez c’est parti, démontage pour traiter le réservoir.


Voilà c’est fait !

Maintenant, nettoyage des premières pièces:

En fait des retouches de peintures plus appuyées seront nécessaires:

Et du zingage ne sera pas du luxe sur de nombreuses pièces !

Des chromes pas en si bon état que cela, il faut changer 🙁

L’inox du garde boue a été attaqué par la rouille du support de bavette

Allez, on attaque le réservoir !
Mathieu fait sa 50 en même temps, c’est plus sympa à deux !
nettoyage

Dégraissage, il va falloir secouer !

On laisse reposer la solution une bonne nuit

Le lendemain, vidange:

Puis rinçage de la crasse…

Et voici l’épreuve de la bétonnière !

Puis rinçage et récupération des vis et écrous…

Je vous passe l’étape de la résine, appliquée sur tout l’intérieur du réservoir, s’agirait pas que ça rouille à nouveau !

On commence à nettoyer, à mastiquer, poncer, faire des retouches de peinture pour que ce soit joli joli !!

Opération électro-zingage

Nettoyage et remontage:

Et encore…

Ca commence à ressembler à quelque chose, non ?

Bientôt la route !

Tada !

Après quelques déboires liés à un composant électronique (CDI) neuf mais défectueux, la belle s’est mise en mouvement.
C’est une excellente machine, maniable, nerveuse, rapide, et fiable.
Super agréable à conduire, et vraiment jolie !
Sa remise en état a été pour moi une révélation, j’adore cette nouvelle activité !

A bientôt pour de nouvelles aventures !